ACTUALITES

SEPTEMBRE MANDINGUE, L’IMPLICATION DE MINISTERE DE LA JEUNESSE SOLLICITÉE

Le coordonnateur du centre conseil pour adolescents (CCC) de Mbour, Mbacké Diouf, invite le ministère de la Jeunesse à s’impliquer dans l’organisation du ‘’Septembre mandingue’’, une manifestation qui, selon lui, mobilise beaucoup de jeunes qu’il faut encadrer.

Le « Septembre mandingue’’ mobilise plus de jeunes que d’adultes’’, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS, rappelant que compte tenu de cet état de fait, sa position a toujours été de dire que ‘’le ministère de la Jeunesse devait s’impliquer’’ dans l’organisation de cet évènement,.

La communauté mandingue, qui organisait durant chaque mois de septembre des circoncisions et la sortie du Kankourang (génie protecteur), a choisi désormais de célébrer ses traditions, à travers le ‘’septembre mandingue’’.

Un évènement pendant lequel une série d’activités sont déroulées, justifiant ainsi la nécessité d’un encadrement des jeunes s’impose.

‘’Il y a les nuits blanches, le suivi des kankourang tout le week-end. Il y a aussi l’occupation des plages. Ce sont des activités à encadrer, pour éviter que cela soit des moments de vulnérabilité pour les jeunes’’, a-t-il fait valoir.

Il a précisé que c’est dans ce sens que le CCA, partenaire de cet évènement culturel, a décidé d’appuyer la collectivité mandingue, à travers le projet ‘’Santé de la reproduction des adolescents et jeunes du Sénégal’’ (Sansas).

Cet appui va consister en l’organisation d’activités d’information et de prévention, et la distribution de préservatifs.

Mbacké Diouf dit avoir adopté une stratégie d’anticipation pour éviter des ruptures dans la distribution des préservatifs durant les grandes vacances.

Il rappelle qu’avant l’avènement de ce nouveau concept, sa structure avait lancé une campagne dite zéro grossesse liée aux grandes vacances scolaires.

Il a révélé que grâce aux différents programmes déroulés dans le département de Mbour, il a été noté une baisse considérable des cas de grossesses chez les jeunes filles, en comparaison avec la situation qui prévalait il y a une décennie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page